La folie légère de l’art russe. Les oeuvres captivantes des peintres russes du 20ème siècle.

Le français Michel de Montaigne disait que la plus subtile folie se fait de la plus subtile sagesse. Voici 5 tableaux pour plonger dans la frénésie légère (et sagesse) de l’art russe du 20ème siècle.

Mikhail Vroubel et sa « Perle »

  • année : 1904
  • titre russe: Михаил Врубель « Жемчужина »

Le tableau de Mikhail Vroubel, inspiré par une coquille, est devenu la représentation de toute une galaxie, où il y a même les princesses des océans. Dans ses oeuvres Vroubel a toujours su combiner le bleu et le vert – des couleurs d’apparence sereine – de manière à vous bouleverser. C’est sans doute le génie d’une personne qui a terminé sa vie dans un hôpital psychiatrique.

Francisco Infante-Arana et ses « Artefacts »

  • année : 1970 – 2000
  • titre russe: Франсиско Инфанте-Арана « Артефакты »

Parmi les oeuvres de Francisco Infante-Arana il est difficile de trouver celle qui n’est pas captivante. Cet artiste russe avec un nom espagnol hérité d’un père immigré est un classique du land-art russe et de l’art cinétique. Dans les années 1960, il explore les moyens de capturer le mouvement dans un dessin. Dans les années 1970, pour trouver l’harmonie entre le naturel et l’artificiel, il commence à créer des installations abstraites – des «artefacts» dans des paysages naturels, à l’aide de miroirs, d’éléments mobiles et d’illusions d’optique.

El Lissitzky et son « Proun « Ville » »

  • année : 1921
  • titre russe: Эль Лисицкий « Проун « Город » » (явление площади)

El Lissitzky est une figure emblématique de l’avant-garde russe: architecte, artiste, constructeur, graphiste, maître du montage photo, ingénieur, maître du suprématisme… « Proun » (en russe: Проун) est une abréviation de « Проект Утверждения Нового » (projet d’approbation du nouveau), mot de sa propre invention. C’est ainsi que Lissitzky appelait sa version personnelle des compositions suprématistes dans lesquelles les corps géométriques deviennent tridimensionnels. Pour Kazimir Malevitch, ses concepts créatifs étaient un phénomène purement philosophique, mais pour Lissitzky l’objectif était de développer la ville du futur, aussi fonctionnelle que possible.

Sergey Luchishkin  et « Ballon s’est envollé »

  • année : 1926
  • titre russe: Сергей Лучишкин « Шар улетел »

Le jeu en combinaison avec l’absurdité et la tragédie est caractéristique des meilleures œuvres de chevalet de Sergei Luchishkin. Dans ces jungles urbaines, entre les maisons dans une perspective écrasante, voici la tragédie d’un enfant qui a perdu un ballon. Mais le tableau a été critiqué pour son pessimisme encore plus grand: dans l’une des fenêtres des maisons on voit un homme pendu.

Pavel Filonox et ses « Fleurs de prosperité mondiale »

  • année : 1916
  • titre russe: Павел Филонов « Цветы мирового процветания »

« Artiste-rechercheur », comme il s’appelait lui-même, Filonov avait sa propre idéologie artistique, « art analytique »: en plus de la forme et de la couleur, il y a tout un monde de phénomènes invisibles, que « l’œil nu » ne voit pas, mais « l’œil connaissant » comprend. Critiqué et persécuté par les autorités soviétiques dans les années 1930, Filonov vivait dans le dénuement et est mort en 1941.


Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s