«Casse-noisette»: le plus festif des ballets russes. Danseurs-brioches et espièglerie de Tchaïkovski

Inspiré par la Revolution française

En 1890, Piotr Tchaïkovski est au sommet de sa popularité après les réussites du ballet « La Belle au bois dormant » et de l’opéra « La dame de pique ». Le célèbre chorégraphe Marius Petipa et le directeur des théâtres impériaux russes Ivan Vsevolozhsky lui proposent de créer un ballet basé sur le conte de fées d’Hoffmann « Casse-Noisette et le Roi des Souris ».

Le libretto de Marius Petipa était basé sur la traduction faite par Alexandre Dumas père en 1845. Selon les notes de Petipa, qui s’inspirait de la révolution française, on aurait du entendre dans le ballet « La Carmagnole » et « Bon voyage, cher Dumollet!« . Mais en Russie tsariste de nombreuses idées de Petipa ne restaient que sur le papier. Après le refus de Marius Petipa de poursuivre le projet, le ballet a été remis au chorégraphe Lev Ivanov.

Celeste du Monsieur Mustel

«J’ai découvert à Paris un nouvel instrument d’orchestre, un croisement entre un petit piano et un glockenspiel, avec un son divinement merveilleux. Il s’appelle Celesta Mustel et coûte 1200 francs. Vous ne pouvez l’acheter qu’à Paris chez M. Mustel <…> Il est souhaitable qu’il soit envoyé directement à Saint Petersbourg. J’aimerais qu’il ne soit montrée à personne, car j’ai peur que Rimski-Korsakov et Glazounov le flairent et profitent de ses effets extraordinaires avant moi.»

(lettre de Tchaïkovski à son éditeur, 1891 /* Nikolaï Rimski-Korsakov et Alexandre Glazounov – les célèbres compositeurs russes.)

On entend la découverte de Tchaïkovski dans la célèbre «Danse de la fée Dragée» où elle imite le « son des gouttes qui tombent ».

« Danseurs habillés en brioches »

En décembre 1892, «Casse-Noisette» apparut devant le public au théâtre impérial Mariinsky à Saint Petersbourg. La critique dans les journaux russes était dévastatrice:

  • Il est difficile d’imaginer quoi que ce soit de plus ennuyeux et dénué de sens que « Casse-Noisette ».
  • « Casse-Noisette » a été mis en scène principalement pour les enfants: il y a en très peu pour les danseurs et absolument rien pour l’art.
  • Une mise en scène inimaginable en insipidité… dans le dernier tableau les danseurs étaient habillés en brioches de la boulangerie.

Malgré les critiques, «Casse-Noisette» est resté dans le répertoire du Théâtre Mariinsky. En 1934, le chorégraphe Vasily Vainonen le remis au gout du jour, en restant proche de la version originale de Petipa-Ivanov. «Casse-Noisette» de Vainonen est toujours sur scène à Saint-Petersbourg.

Faits interessants

  • La musique de «Casse-Noisette» est riche en citations: la danse arabe «Café» est basée sur une berceuse géorgienne traditionnelle; dans la danse des invités retentit la melodie allemande «Grossvatertanz», utilisée auparavent par Robert Schumann – l’un des compositeurs préférés de Tchaikovski.
  • On a conservé une note de Marius Petipa: «Entrent des rats avec le roi-souris»… pourquoi dans le ballet les antagonistes sont les rats et non les souris comme dans le conte d’Hoffmann reste un mystère.
  • Marichen, Clara, Marie, Masha … On l’appelé de tous les noms, la fille qui sauve le prince enchanté – une Allemande d’origine littéraire! La fille est devenue Masha sur la scène russe après la Première Guerre mondiale – pour des raisons patriotiques.

«The Nutcracker» : «Casse-noisette» à l’étranger

  • George Balanchine, élève de Théâtre Mariinsky, a mis en scène «The Nutcracker» à New York en 1954. Dans la version entierement basée sur le libretto de Petipa, Balanchine a ajouté quelques nouvelles danses. Le ballet se produit chaque hiver sur la scène new-yorkaise avec un succès constant.
  • En 1967, Rudolf Noureev a mis en scène «The Nutcracker» à Covent Garden à Londres; puis quelques années plus tard à La Scala de Milan et à l’Opera de Paris. Dans sa version, le conte de fées se rapproche de l’original d’Hoffmann: moins « brioché » et plus gothique.
  • Mikhaïl Barychnikov a présenté sa version de «Casse-Noisette» sur la scène du New York American Ballet Theatre en 1976. Il a interprété lui-même la partie principale du ballet.

« Щелкунчик » en Russie: scénographie contemporaine

Mise en scene de Yuri Grigorovich

La version de «Casse-Noisette» qui est considérée par les critiques comme un étalon est apparue en 1966 au Théâtre Bolchoï à Moscou. Yuri Grigorovich a repensé les versions précédentes, rendant l’intrigue plus philosophique, forçant les spectateurs à réfléchir sur l'(in)accessibilité du bonheur absolu.


Mise en scene de Mikhail Shemyakin

En 2001, l’une des version les plus insolites de «Casse-Noisette» a été mise en scène au Théâtre Mariinsky. Mikhail Shemyakin a « hoffmanizé » la performance: des images fantasmagoriques, des personnages grotesques et des thèmes pas vraiment pour les enfants.


Photo Crédits: sites officiels de Theatre Mariinsky et Bolshoi Theatre

Ajouter un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s